JOUENNE Michel

Michel Jouenne fait partie de cette pépinière de talents issus de "Jeune Peinture des Années Cinquante". Depuis il n'a jamais déçu. Il s'est placé sur le terreau de l'Art Figuratif. Toutes ses expositions témoignent d'une création qui ne vieillit pas.Il reste attaché aux murailles grises, aux havres de silence des rochers d'Eygalières, des Baux, de Moustiers... Il étonne par ses matières, opaques et translucides à la fois, ses grands plans aquarellés et truellées, les chatoiements lumineux, onctueux, porcelainés.Dans chaque toile, c'est l'allégresse de sa création des paysages ou des marines : paysages silencieux opposés aux rugissements des flots.Pas de dessin préalable sur toile, pas de schéma. " C'est pour mieux conserver ma liberté. Je dessine au fur et à mesure des taches, desquelles peu à peu naissent des formes ; car la peinture est un hasard dirigé : d'une tache naîtra un rocher ou une fleur ".En effet on le sent riche d'une énorme liberté, celle donnée par une technique venue de l'abstraction et mise au service de la figuration. Derrière cette liberté, ce jaillissement créateur et il y a cet énorme travail exécuté en plein air, ces centaines d'études accumulées, et enfin l'idée rigoureuse de l'œuvre lentement mûrie jour après jour, opération qu'André Lhote définit comme la "nécessité de dominer nos impressions fragmentaires pour effectuer ce riche conglomérat d'éléments différents, arbres, rochers, prairies, lacs, nuages, troupeaux, vagues de la mer, propre à, résumer l'univers de façon plus ou moins fulgurante".
Retour haut de page