CAMBEROQUE Jean

Commence à peindre en 1939 et fréquente François Desnoyer et les surréalistes Hans Bellmer, Marx Ernst, réfugiés à Carcassonne durant la Deuxième Guerre mondiale. Première exposition à Carcassonne en 1948 préfacée par Joe Bousquet . 1951 : travaille la céramique auprès de Jean Lurçat à San Vicens et parallèlement la peinture, la gravure, ainsi que la sculpture en béton. Camberoque figuratif à contre-courant des tendances actuelles. "C'est parce que je suis passé par une période abstractisante que je suis à l'aise dans la figuration et je peux jongler avec les formes et les couleurs, sans être gêné par la réalité. Je peins une réalité fictive". Composition à personnages qu'il géométrise , naturellement sans calcul, sur la pyramide inversée, répartissant les masses, agençant les volumes. Peint à l'huile souvent par glacis, dans une recherche de la teinte. Technique lisse. Découvre à 66 ans, par l'observation du paysage, la troisième dimension, la profondeur. Univers fantastique et énigmatique en dehors du temps. L'humain, généralement nu et paré, côtoie chevaux, agneaux, fleurs dans les lieux de rassemblement à cors médiévaux. Camberoque est aussi paysagiste : sites de l'Aude, des Pyrénées Orientales, ainsi que des marines. Les peintres de l'école Toulousaine, Annie Merle.
Retour haut de page